séjours et voyage au Maroc

Agriculture au Maroc

agriculture-marocaineEnfin, malgré une politique salutaire de barrages menée par Hassan II dés la fin des années soixante, les terres irriguées n’ occupent que 13 % de la surface agricole utile.

Le reste est donc entièrement soumis à l’aléa climatique. Dans ce contexte, le Maroc doit pourtant améliorer la rentabilité de son agriculture pour faire face à la pression démographique: en ville, les foyers comptent trois ou quatre enfants, à la compagne cinq ou six, souvent davantage.

Et, à défaut d’un système de protection sociale performant, la lignée tient lieu d’assurance aux parents. C’est donc bien de l’équilibre d’un pays qu’il s’agit: fixer les gens sur leur terroir, limiter l’exode vers des villes au tissu industriel insuffisant pour absorber cette main-d’œuvre non qualifiée.

Le développement rural dissuade en outre les plus désespérés de tenter l’émigration clandestine par le détroit de Gibraltar.

4 mai, 2013 à 7 h 11 min | Commentaires (0) | Permalien


Le charme des contrastes

“Le Maroc est un arbre dont les racines sont profondément ancrées en Afrique et dont les feuillages sont en Europe.”

Le Maroc, pays de légendes, laisse rêveur, par la beauté de ses contrastes, le profane qui le découvre pour la première fois. Contraste étonnant de la magnificence de palais mauresques au milieu de médinas aux enfants nu-pieds qui vous sourient pour un dirham. Contraste de sa population à la fois africaine, arab, berbère et européenne.

Contraste de ses paysages fabuleux où l’or du sable au sud joue avec le blanc de la neige des montagnes.

Et contraste des plantations du Moyen Atlas et du Souss qui rivalisent avec les oasis des portes du désert, nées des somptueuses gorges du Dadès et du Todra. Autant de beautés qui s’offrent aux voyageurs pour quelques jours ou pour des mois, sans pour cela assouvir sa soif de découvertes et de dépaysements.

Tout comme les contrastes, les sensations olfactives sont très fortes et il est difficile de décrire la saveur du thé à la menthe, le parfum suave de la fleur d’oranger et celui délicat des roses aux environs de Ouarzazate.

D’une sensualité débordante, le Maroc offre à travers sa culture et son art, tous les charmes exclusifs de l’Orient.

29 avril, 2013 à 21 h 08 min | Commentaires (0) | Permalien


Marrakech la ville

Mais à travers des périodes de fastes et d’éclipse Marrakech reste une ville traditionnelle à l’abri du modernisme que connaissent ses soeurs de la côte Atlantique (Agadir, Casablanca, Rabat).

Elle en a que plus de charme et sa vocation touristique n’atténue en rien ses allures passéistes à l’intérieur de sa médina.

Marrakech, dont la seule sonorité de ce nom évoque en nous tout un monde oriental, est la ville aux quatre couleur : l’ocre de la terre, le blanc de la montagne en fond, le bleu du ciel et le vert des plantation, des jardins et des arbres. C’est une ville fascinante, par ses contrastes de couleurs et de vies, par ses parfums enivrants, ses souks animés et sa tumultueuse place Djemaa el Fna. Ses somptueux palais el Badi et de la Bahia, témoins d’une période fastueuse, laissent rêveurs les profanes que nous sommes.

Que vous soyez choqué ou trés impressionné par cette culture et cet art si différents, vous en garderez sans nul doute un souvenir inoubliable.

Vous pourrez visiter la ville en calèche, ce qui apporte un charme supplémentaire à ce voyage dans le temps.

19 avril, 2013 à 0 h 08 min | Commentaires (0) | Permalien


Activités au Maroc El Jadida

On peut encore dénicher dans les médinas, des céramiques tels que les potiches, gourdes, bols, plats et pichets aux riches répertoires de formes et aux motifs losangés et floraux, colorées du “fameux bleu de Fès” obtenu à partir d’une solution plus ou moins diluée de cobalt et plus rarement rehaussée de jaune, de vert, d’ocre et de brun.

Les broderies de Fès sont éputées. Elle peuvent être de soie sur lin et coton, de fils d’or sur soie appelée “Aleuj” et de voiles de coton ou de satin décorés de fils métalliques surnommés “Tsel”.

Quant aux bijoux en général, ils séduisent par leur beauté grandiose d’une profonde originalité. Ils sont marqués par une grandeur pleine de majesté à la fois opulente et rigoureuse. Les bijoux sont portés en profusion par les femmes lors des mariages et des fêtes de l’année. Ils changent selon la mode et par cela sont souvent renouvelés.

On peut trouver de très belles pièces berbères en argent dans les médinas comme activité el jadida quad et Taroudant reste la ville appropriée des bijoutiers.

A l’argent, on trouve souvent des pièces associant des matières semi-précieuses, principalement le grenat, le corail et la cornaline, appelée “pierre de sang”, excellent dit-on pour prévenir l’hémorragie. Mais également de l’ambre (résine fossile), des matières animales ou végétales, de la corne incrustée de cuivre ou d’argent, du crin de cheval, de la défense de rhinocéros et toutes sortes de perles fausses de verre de couleur fabriquées en Bohème ou à Venise, creuses et soufflées, pleines et rondes ou taillées à facettes.

 

9 avril, 2013 à 0 h 26 min | Commentaires (0) | Permalien


Marrakech l’Impériale

séjours et voyage au Maroc Marrakech l’Impériale, s’impose comme l’une des villes les plus attractives du Maroc.

Les villes que l’on nomme “Impériales” sont au nombre de quatre: Fès, Meknès, Marrakech et Rabat et ont toutes été tour à tour capitales du Maroc.

Passé le Haut-Atlas, après avoir traversé des petits villages de montagnes typiques et hors du temps, l’arrivée tant attendue à Marrakech est d’un contraste étonnant.

Après plusieurs kms de route d’une platitude désarmante, c’est un retour à la ville urbaine et bruyante à vous donner le tournis, plus que tous les virages que vous venez de subir.

Cependant Marrakech réserve bien des surprises.

Fondée en 1070 par les Almoravides, cette citée se développe très vite par sa situation stratégique géographique. En effet, c’est le point de rencontre du Nord et du Sud du pays.

2 avril, 2013 à 23 h 49 min | Commentaires (1) | Permalien


un thé au bout du monde

Boisson nationale du Maroc, le thé à la menthe est un véritable rituel.

Il faut pourtant savoir qu’il n’apparaît qu’au XIXème siècle, importé par des négociants britanniques sur les marchés de Tanger et de Mogador. Remplaçant les préparation d’infusions de menthe, de marjolaine et d’absinthe, le thé reprend le rituel qui semble élaboré depuis des siècles.

En effet, servir le thé est un art de vivre. On n’échappe pas, en entrant chez un marocain, au cérémonial sympathique du thé à la menthe.

Que vous soyez dans un souk pour négocier quelque objets, ou chez un particulier pour conclure un repas bien copieux, il est symbole de convivialité et d’hospitalité. Dégusté à tout moment de la journée, il est accueilli pour ses vertus stimulantes, un thé au bout du monde est digestives et dit-on aphrodisiaques.

Le thé à la menthe se prépare dans une théière d’argent, d’étain ou d’aluminium. Après avoir ébouillanté la théière et l’avoir vidée, on place du thé et de la menthe, on arrose partiellement puis on jette de nouveau cette eau.

On ajoute ensuite du sucre en morceaux et l’on remplit la théière d’eau. On laisse infuser plusieurs minutes et l’on sert un premier verre en hauteur pour en apprécier la couleur. Le premier verre est toujours reversé dans la théière. Le second verre servira à tester la saveur pour le sucre que l’on rajoutera selon les goûts.

En règle général, le thé est servi de plus en plus haut pour la faire mousser, en longs jets fumants selon l’habileté du maître ou de la maîtresse de maison, et surtout bouillant, fort et très sucré.

A ne pas faire :

On ne doit jamais refuser un verre de thé à la menthe, ni souffler dessus même s’il est bouillant.

28 mars, 2013 à 0 h 49 min | Commentaires (0) | Permalien


Essaouira

Essaouira, ex-Mogador, est une excursion agréable d’un ou deux jours à partir de Marrakech, surtout en été grâce à la température fraîche qu’apporte l’Atlantique (18°) qui contraste avec celle très lourde de Marrakech (36°).

A175 kms de la ville impériale, cette petite citée portuaire rappelle l’époque de la piraterie, lorsque l’Espagne, le Portugal et l’Angleterre se querellaient avec les pirates marocains pour garder le contrôle des côtes. Vieille de 200 ans, cette ville fut pensée par un architecte français, Théodore Cornut, prisonnier du Sultan de l’époque, Sidi Mohammed Ben Abdallah et c’est pourquoi, elle vous semblera plus ordonnée car moins tortueuse au niveau des rues par rapport aux autres villes marocaines.

C’est une véritable réussite car cette citée vraiment étonnante par la largeur de ses artères, ses citadelles, ses monuments, et sa plage au loin.
Quant à son superbe port de pêche, il rassemble de magnifiques bateaux colorés et les pêcheurs viennent vendre à la criée leurs poissons qu’ils font frire parfois sur place.
A saisir également des clichés très vivants et typiques de marchés berbères à l’intérieur de ses remparts.
Habillée de bleu et de blanc, cette petite ville balnéaire avec sa longue plage qui s’étale au sud vous laissera un souvenir marocain, à l’ambiance fortement méditerranéenne.

Image de prévisualisation YouTube
24 mars, 2013 à 12 h 57 min | Commentaires (0) | Permalien


Place au spectacle !

Marrakech. Au cœur de la ville impériale, la place Djemaa et fna sera bientôt le premier site classé au patrimoine oral de l’humanité par L’unesco. Musiciens, acrobates, conteurs, astrologues et charmeurs de serpent hypnotisent la foule du matin au soir par le geste de la parole….
On y trouve
Les montreurs de singes figurent parmi les premiers arrivant ? Cette jeune vendeuse de hénné échange avec l’animal le baiser de la chance. Ce rituel doit lui assurer une journée sans nuages. Vedettes de l’immense marché du matin, les échoppes du nord de la place et leurs pyramide d’oranges, pressées à la demande. On y trouve aussi des pistache et cacahuètes grillées.
Les Marrakchis se rassemblent pour écouter les truculentes chronique de M’barek ? Numérologue très au fait de l’actualité, il décrypte les infos et interprète le monde au moyen du chiffre7.

Des troupe de travestis se produise tout la journée. Elles jouent la mascarade, le courtes scènes vaudevillesques ou l’on retrouve le trio classique : l’homme, sa femme sa mairesse.

11 mars, 2013 à 23 h 56 min | Commentaires (0) | Permalien


Les ARTS décoratif marocain

Nombreux les artistes sont venus s’inspirer des couleurs exacerbées et de la luminosité intense du Maroc qui séduit inlassablement. De grand peintres tels que Delacroix et plus tard Matisse, ont ébloui leurs peintures de ces couleurs fortes et inoubliable. Le maroc n’est il pas comme l’écrivait Delacoix

 

Mais l’ART marocain réunit de nombreux métiers à créations artistique dont:les bijoux, les armes, les tapisseries, les broderie, la vannerie, la marqueterie la dinanderie qui est l’art du travail des métaux, et la poterie de céramique.

Cependant, il ne faut surtout pas oublier l’imposant architecture des palais jusqu’aux gigantesque kasbas d origine berbère qui charrient une tradition sans doute plus sieurs fois millénaire.

10 mars, 2013 à 0 h 32 min | Commentaires (0) | Permalien


Agadir

Pour tous ceux qui partagent nos rêves et nos goûts, je tenais à a confirmer encore une fois via cet article ma satisfaction à la vue de cette villa balnéaire de grande réputation garce à sa plage d’or, sa forte capacité hôtelière, son soleil et son climat.

Rasé à 80 % à la suite d’un tremblement de terre en 1960, la ville d’agadir s’est reconstruite peu à peu dans modernisme impressionnant. Cette ville est le nouveau visage d’un Maroc moderne, et cependant grandissant, avec une volonté déterminé. la plage 8Km (ily a nombreux hôtel qui la bordent, les boit dee nuits, les restaurant internationaux) tout ces atout font d’agadir un lieu de vacance par excellence.

Pour nous agadir se présent comme une ville marocain à la magie orientale et au dépaysement recherché par un certain tourisme et aussi comme une des grand station balnéaire.

10 mars, 2013 à 0 h 18 min | Commentaires (0) | Permalien


123